L’éducation conductive en France

Peu d’écoles donc peu de place

Aujourd’hui, l’éducation conductive est pratiquée et reconnue dans de nombreux pays, voir même prise en charge par l’état comme en Norvège… En France, très peu de places sont disponibles, quelques associations ont ouvert des « écoles » telles que l’association « Enfance Handicap Moteur : À petits pas », ou encore « l’AFPC : Association Française de Pédagogie Conductive », mais la demande est très importante et les places manquent cruellement.

La mobilisation de parents

Depuis ces dernières années d’autres centres ont vu le jour, grâce aux parents d’enfants handicapés qui se sont mobilisés pour pouvoir ouvrir ces centres. Ces centres ne reçoivent pas de subvention de l’état, ce sont les associations qui les financent et le prix de la rééducation est bien entendu non remboursée par la sécurité sociale. Le tarif varie entre 150 et 200 euros la semaine, à voir avec chaque association. Voir la carte ci-après pour les localiser.

Quelles sont les limites de la méthode ?

L’éducation conductive est pensée pour répondre à tous les besoins de l’enfant. Cependant, pour certains enfants, d’autres prises en charge peuvent être nécessaires. Dans ce cadre, trouver le temps pour les thérapies complémentaires peut être difficile, l’enfant étant toute la journée dans le groupe.

Enfin, lors de leur formation initiale les conducteurs ne sont pas formés aux enfant sourds, très mal voyants ou ayant des troubles de comportement.

Informations provenant du blog de ZA alors n’hésitez à aller le voir.

Où aller ?

Extrait du site Le CEC du Gard
Carte de France des associations ou centres
Pour en savoir plus :