Point sur les soins d’Anaïs

Kiné

Anaïs a commencé une 3ème séance de kiné par semaine. Elle travaille en ce moment sur un rollator arrière, le but pour le moment c’est de tenir debout en équilibre et s’aggriper au poignet (ce qui n’est pas facile pour Anaïs).

Le kiné est satisfait de ses progrès. Elle arrive a avancer d’un demi pas mais s’écroule vite. Elle tient de plus en plus longtemps debout contre un mur.


Avec l’échelle d’Education Conductive, Anaïs s’aggripe et peut tenir plusieurs minutes sans s’écrouler devant la télé. Elle commence a déplacer légèrement ses pieds. Elle l’a bien adoptée.
Le kiné m’a fait remarquer qu’elle avait un genou qui commençait à prendre une mauvaise posture (genoux recurvatum), il part en x. Elle devra bientôt porter des attelles qui montent jusqu’aux genoux. Bon voilà son petit squelette commence à se déformer.

Orthophonie

Anaïs communique de plus en plus, les intonations sont de plus en plus variées et elle montre du bras lorsqu’elle a envie de quelque chose. On arrive pour le moment à comprendre ce qu’elle veut.
Par contre, l’orthophoniste a constaté que sa langue ne bougeait pas assez, donc toujours pas de possibilité de manger des morceaux et bien évidemment d’articuler et de former différents sons. Le bavage reste constant et elle ne boit plus à part son lait.
La prise en charge n’est pas suffisante et nous sommes toujours à la recherche d’une 2ème séance par semaine, sauf que les orthophonistes spécialisés n’ont plus de place, elle est sur liste d’attente.
Sinon Anaïs comprend tout et est en phase avec son âge à ce niveau là, reconnait sons, images…

Sommeil

Bon là c’est reparti de plus bel depuis les vacances de Noël. Anaïs hurle lorsqu’on la met au lit que ce soit pour la sieste ou pour le soir, cela peut durer jusqu’à 1 heure. Dur dur pour les oreilles et surtout pour les nerfs. C’est l’angoisse de la séparation qui dure et se prolonge. La pédopsychiatre m’a proposé une prise en charge (au camsp pas de dispo, en ville non plus, j’attends une réponse du CMP de Plaisir).

Commentaires fermés.